Technique et propos des grands Maîtres


Eugène Delacroix :
Ébaucher avec un balai, finir avec une aiguille.

Il y a deux choses que l’expérience doit apprendre : la première, c’est qu’il faut corriger ; la seconde, c’est qu’il ne faut pas trop corriger...

Etudiez sans relâche avant ; une fois en scène, faîtes des fautes s’il le faut, mais il faut exécuter librement...

Le mérite d'un tableau est l’indéfinissable : c’est justement ce qui échappe à la précision : en un mot c’est ce que l’âme a ajouté aux couleurs et aux lignes pour aller à l’âme...

Il ne faut pas tout montrer. L’art du peintre est de ne porter l’attention que sur ce qui est nécessaire...

La multiplicité des détails trop circonstanciés, même quand ils sont vrais, détourne du spectacle principal qu’est l’immensité ou la profondeur dont un certain art peut donner l’idée...

Maurice Denis :
Un tableau, c'est avant tout un ensemble de taches de couleurs en un certain ordre assemblées.
Ainsi on se libère de la notion de nez, de bouche, d'arbre ou d'architecture …
On ne peint pas ce que l'on sait, mais ce que l'on voit.

Philippe Lejeune :
Quand vous aurez compris que le dessin de Raphaël est aussi une convention, vous verrez qu'il n'y a pas de vérité en peinture, mais que des choix obligés.

Posez des tons! Un tableau n'est pas fait pour être joli. La peinture cherche le beau et non le jolie.

Généralement ce qui est le mieux peint, c'est ce qu'on n'a pas peint. C'est toujours le morceau le moins trafiqué qui tient. C'est une sorte de prime, le reste du tableau n'a servi qu'à dégager cet endroit. Au fond les maîtres sont ceux qui n'ont un jour presque que de ces cadeaux.



Pablo Picasso :
En réalité on travaille avec peu de couleurs. Ce qui donne l’illusion de leur
nombre, c’est d’avoir été mises à leur juste place.

Celui qui s’acharne à être original perd son temps et se trompe.


C'est l'Art qui nous tue. Les gens ne veulent plus faire la peinture : ils font
l'art.

Moins il y a d'Art, plus il y a de peinture.


On ne peut contrarier la nature. Elle est plus forte que le plus fort des hommes... Nous pouvons nous permettre quelques libertés, mais dans le détail seulement.

J’essaie toujours de faire ce que je ne sais pas faire, c’est ainsi que j’espère apprendre à le faire.

Terminer une œuvre, achever un tableau ? Quelle bêtise ! Terminer veut dire en finir avec un objet, le tuer, lui enlever son âme.


Je voudrais arriver à ce qu’on ne voit jamais comment mon tableau a été fait.
Qu’est-ce que cela peut faire? Ce que je souhaite c’est que de mon tableau sedégage uniquement l’émotion.



Paul Cézanne :
J’ai été content de moi lorsque j’ai découvert que le soleil, par exemple ne se pouvait pas reproduire, mais qu’il fallait le représenter par autre chose... par de la couleur...

Il n’y a ni peinture claire, ni peinture foncée, mais simplement des rapports de tons. Quand ceux-ci sont mis avec justesse, l’harmonie s’établit toute seule. Plus ils sont nombreux et variés, plus l’effet est grand et agréable à l’oeil...

Edouard Manet :
Le personnage principal d'un tableau c'est la lumière.

Auguste Renoir :
Ce dessin m'a pris cinq minutes, mais j'ai mis soixante ans pour y arriver.

Léonard de Vinci :
La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir.

Alberto Giacometti :
La grande aventure, c’est de voir surgir quelque chose d’inconnu, chaque jour, dans le même visage. C’est plus grand que tous les voyages autour du monde.

Francisco Goya :
Toujours des lignes et jamais des corps. Mais où donc trouvent-ils des lignes dans la nature ? Moi, je n’y vois que des corps éclairés et des corps qui ne le sont pas, des plans qui avancent et des plans qui reculent... Mon oeil n’aperçoit jamais ni linéaments, ni détails. Mon pinceau n’y doit donc pas voir mieux que moi !

Dans la nature, il n’y a que le soleil et les ombres!

Paul Gauguin :
Le laid peut être beau, le joli jamais.


Les conseils techniques :

*Tenir la brosse loin de la virole.
Vélasquez rajoutait jusqu'à un mètre à ses brosses pour travailler le plus loin possible, et ainsi mieux voir son travail.

Regarder la longueur des brosses de Joaquin Sorolla sur la photo ci dessus...

*S'éloigner régulièrement de son travail.

*Plisser des yeux dès l'ébauche, afin de mieux voir les valeurs justes d'un sujet.

*Penser aux masses avant tout et non aux détails.

*Faites de temps en temps une pause et quittez des yeux votre travail, quand vous reviendrez des erreurs vous sauteront aux yeux.

*Préparez vos mélanges de couleurs avant de commencer votre tableau, votre tableau doit être sur la palette!(Delacroix passait des journées entières à composer des palettes et il ajoute que c'est ainsi qu'il avait le plus appris!)

*Et bien d'autres choses encore...

Important :

*Le génie n'existe pas, les peintres que vous admirez on tous beaucoup travaillés et beaucoup réfléchis pour arriver à un résultat convenable! Si vous pensez qu'ils ont du génie vous vous direz que c'est peine perdue, vous resterez écrasé par ce poids et vos progrès seront moindres!

Seule une méthode peut nous sortir des travers picturaux, même si cette méthode deviendra le dernier obstacle le plus difficile à franchir, à dépasser pour atteindre la création artistique!

J-C Gondouin


 
Joaquin Sorolla peignant

 
Anders Zorn, Nu dans l'atelier

 
John Singer Sargent


Edouard Manet, Les pivoines



Fernand Khnopff



Edgard Degas



John Singer Sargent, détail...